Parce qu'on a tous une histoire à raconter …

Claude POUX

Nazca – roman noir

visuel-nazca

NAZCA est un roman noir qui fait suite aux deux précédents polars de Claude Poux : « Le silence des sentinelles » paru en 2008 et « La dernière seconde avant de mourir » en 2011.

Octobre 2014 – Une jeune prostituée polonaise est torturée dans un bel appartement parisien. Franck Casta, de la PJ parisienne et son adjoint, le lieutenant Bérénice Syvo sont en charge du dossier.
Au même moment, Marc Bini quitte l’ile de Malte où il vivait reclus depuis une dizaine d’années sous une fausse identité. En phase terminale d’un cancer, il reprend contact avec sa sœur qui le croyait mort et débarque à Nîmes.
À Paris, Camille Nazim, une jeune femme orpheline, marginale, traine depuis des années dans le milieu de la délinquance. Elle traque sans relâche le moindre renseignement qui pourrait lui permettre de comprendre pourquoi ses parents ont été assassinés trente ans auparavant. Et par qui ?
Au parlement européen, le député espagnol Enrique Parredo, ancien disciple de Franco, parcourt les pays de l’Est à la tête d’une commission d’enquête pour identifier et éliminer les réseaux de prostitution avec l’aide des différentes polices nationales.
Quant au commandant Sam Deligne, ami de Casta, ancien de la BRI, oreille attentive de l’Élysée et détaché à la DCRI, il s’intéresse de près au SAFA (service d’action franco-allemand), une cellule secrète créée par Mitterrand et Kohl pour surveiller et prévenir les actions de la bande à Baader et d’Action Directe.
Entre Paris et Bruxelles, Malte et Barcelone, Nîmes et Strasbourg, une course-poursuite qui va durer 3 mois, entre politique et crime organisé, mafias et blanchiment d’argent.

Un court extrait :
« Le seul bruit était contenu dans les battements des pieds et des bras dans l’eau. À cette heure, en début d’après-midi, pas de cris ou de piaillements de gamins surexcités dans la piscine. Camille préférait le calme. Concentrée, elle alignait les longueurs de bassin, sans se désunir, glissant dans l’eau sans difficulté. L’eau était son élément, celui dans lequel elle s’épanouissait.
Elle passait des heures dans cette piscine, le plus souvent dans le milieu de l’après-midi, aux heures où l’affluence était moindre. Nageant presque deux heures, sans se fatiguer, elle sortait au contraire ragaillardie, la tête vidée des scories des jours précédents, loin, si loin de la traque nocturne à laquelle elle se livrait. Depuis le temps qu’elle pratiquait la natation, elle avait acquis une science de la glisse et de la respiration phénoménale, à tel point que plusieurs fois, elle fut sollicitée par des clubs.
Camille sortit de l’eau, rejoignit les vestiaires. Elle attirait volontiers les regards, à cause de ses cheveux rasés et du tatouage qui occupait tout son dos. Malgré le maillot une pièce, une partie du tatouage était visible. Heureusement que personne ne le voyait, ne pouvant deviner ce qu’il représentait. Elle prit une douche pour se rincer, puis choisit une cabine afin de se changer. Son corps était apaisé, comme si on l’avait mis au repos. C’étaient les seuls moments, dans ces vestiaires de piscine où elle se défaisait de sa cuirasse. Oubliant sa nervosité, ses angoisses, Camille s’abandonnait à une sorte de méditation, en tout cas un état semi-comateux qui la faisait flotter. Elle restait dix minutes sans aucune pensée, bercée par une musique intérieure qu’elle fredonnait parfois. Quand elle se leva, son esprit purifié par cette remise à zéro, la vie lui parut simple. Le temps qu’elle mette les pieds dehors et que l’agitation de la rue la ramène à la réalité.« 

 

Roman

Edition Bleu47 – collection Adrénaline
2015

 

Acheter « NAZCA »

Sur Amazon

logo-amazon

A la FNAC

logo-fnac

Bleu47

logoBleu47-pour-collection

En Librairie

Vous pouvez commander dans n’importe quelle librairie via le réseau Dilicom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *